A Meiningen…

#RDVAncestral n° 12 – Août 2017

Il était une fois…

Un minuscule état situé sur le versant sud-occidental de la forêt de Thuringe ; belle région de montagnes entrecoupées de vallées fertiles et verdoyantes. Là se trouve Meiningen, capitale du duché de Saxe-Meiningen.

En 1866, lors de la guerre austro-prussienne entre la Prusse et l’Autriche, le duc régnant Bernard II se range dans le camp de l’Autriche. Après la victoire prussienne, il est contraint d’abdiquer en faveur de son fils Georges II et le duché rejoint la Confédération de l’Allemagne du Nord en octobre 1866. Le duché est dissout à la chute de l’Empire allemand en 1918 et fait actuellement partie du Land de Thuringe.

La cour de Saxe-Meiningen n’est pas une cour d’opérette issue de l’imagination d’un Jacques Offenbach, tel son duché de Gérolstein, en 1906 le duc Georges II gouverne depuis quarante années un peuple de 235 000 habitants répartis sur un territoire de 2.466 kilomètres carrés, et dont la capitale Meiningen n’a guère plus de 14 000 âmes.

Georges de Saxe-Meiningen, superbe vieillard, avec une longue barbe blanche règne en maitre sur cette minuscule cour. A ses côtés, sa troisième épouse, Ellen Franz, actrice, devenue Baronne de Helburg. Le duc régnant ne joue plus aucun rôle politique, ses préoccupations gouvernementales, ses devoirs princiers se réduisent à peu de choses. Il en profite pour se livrer avec passion à l’étude de l’art dramatique. Aux puissants souverains les soucis politiques et militaires, aux petits princes de l’ombre les goûts artistiques et littéraires, parfois au grand dam de l’aristocratie !

Georg_II._Sachsen-Meiningen
Georges II – Duc de Saxe-Meiningen

Il n’empêche, le duc George se fait directeur de théâtre. Si le théâtre de Meiningen remonte à une date très ancienne, c’est au duc qu’il il doit sa réputation. Ce petit mais célèbre théâtre, jusqu’en 1860 servait seulement à quelques troupes de passage à Meiningen. Puis il devient théâtre de cour avec le duc Georges pour imprésario, metteur en scène, régisseur et dessinateur.

Ses efforts sont couronnés de succès… De 1874 à 1890, la troupe donne trois mille représentations en Europe. Le répertoire des Meninger (nom donné à la troupe) assez étendu, comprend quatorze pièces pour les tournées ; quelques pièces allemandes et scandinaves, des drames de Schiller et de Shakespeare. La troupe propose également Le malade imaginaire et Les femmes savantes de Molière.

Le duc se donne pour mission de réformer le théâtre et pionnier de l’art scénique, ses travaux vont transformer tout le théâtre allemand. Il s’efforce par de minutieuses recherches et sur sa cassette personnelle de monter des pièces classiques en y apportant non seulement la beauté, la richesse et la justesse absolue des costumes, mais l’exactitude la plus rigoureuse dans les moindres détails de la mise en scène jusqu’à mettre des meubles de son château et des tableaux précieux dans les décors des pièces jouées.

C’est ainsi qu’après d’innombrables répétitions, après avoir fait venir des documents de tous les pays, le duc féru de pièces classiques monte tout d’abord la Mort de César de Shakespeare, dont les représentations seront un succès. (1)

Mais que puis-je bien faire dans ce royaume du théâtre et des arts, moi qui ne comprends pas un traître mot de la langue de Goethe ?

Sur ses traces, c’est à Meiningen que m’emmène Caroline Elisa Mac Donell. C’est elle qui me prend la main et qui lors de nuits tourmentées, peuplées d’ombres, tente de me montrer le chemin, de me révéler quelques bribes de sa vie. Une vie aussi colorée que le petit théâtre de Meiningen ? Aussi joyeuse que les opérettes d’Offenbach ?

Une ombre, une silhouette diffuse, qui flotte autour de moi. C’est ainsi qu’elle me donne rendez-vous chaque nuit. Je ne connais pas la couleur de ses yeux, je ne connais pas non plus la couleur de sa chevelure et je connais encore moins le son de sa voix, mais elle force ma réflexion, génère d’innombrables questions. Est-elle ma princesse de conte de fée dans ce minuscule duché de Saxe-Meiningen ?

L’histoire commence bien. Caroline Elisa voit le jour à Florence le 20 décembre 1835 (Il est fort possible qu’elle soit née en 1834, un mail reçu de Wassungen -le 21.10.2017- m’indique cette date qu’il reste à vérifier), c’est l’avant-dernière fille du couple Ida Ulrich, Hugh Mac Donell. (2)

Ils se marièrent….

Caroline Elisa épouse en 1855 à Florence Carl Von Stein (3).  Ils ne sont pas catholiques, je ne les trouverai pas dans les registres de Florence. Où, quand, comment se rencontrent-ils, ma curiosité reste inassouvie et je possède tellement peu d’éléments que je ne peux rien envisager.

L’époux de Caroline Elisa est chambellan, capitaine et officier d’ordonnance du duc de Saxe-Meiningen. Il est né le 10 octobre 1833 à Mattersdorf (Hongrie, Autriche aujourd’hui)

karl_extrait

Des enfants….

En l’état actuel de mes recherches, je peux affirmer que 5 enfants naitront de cette union.

Pour seule preuve, un faire-part de décès de 1895 d’un membre de la famille (6), sur ce document, sont indiqués d’abord les trois fils sous les noms de Franz, Wilhem et Georges Von Stein puis les deux filles Emilie et Joséphine déjà mariée sous son nom d’épouse.

Un autre faire-part de 1911 m’indique que les trois fils sont mariés et ont des enfants, selon la formule consacrée : Monsieur et Madame Franz de Stein et leurs enfants, Monsieur et Madame George de Stein et leurs enfants, Monsieur et Madame Guillaume (Wilhem) de Stein et leurs enfants, suit la mention d’une des filles également mariée et mère (7).

Caroline et Carl ont donc 5 enfants :

Franz (Friedrich Karl Edmund Franz) est né le 30 mars 1857 à Florence en Italie, il se marie le 2 décembre 1882 en Inde avec Agnès Pohl (4). De cette union, 2 fils naitront, la mémoire familiale les prénomment Franz et Albert. Malgré mes recherches, aucune trace de ces deux enfants.

Le document ci-dessous confirme la date,  le lieu de naissance et le prénoms de Friedrich Karl Edmund Franz Von Stein-Liebenstein zu Barchfeld, il indique également qu’il travaille à Saint Pétersbourg.

Franz_ARMEE
Histoires d’unités militaires, Allemagne et Autriche 1760 à 1933

Emilie Caroline Ida née le 13 mars 1858 à Paris (5). Aucune autre information à ce jour. Pourquoi Paris ? Caroline Elisa Mac Donell était-elle en visite chez sa soeur Emilie Claire Aguado ? On peut simplement le supposer.

DE_STEIN_EMILIE_CAROLINE_IDA_PARIS_1858
Etat civil reconstitué – Paris – Acte de naissance Emilie Caroline Ida Von Stein Liebenstein

Joséphine est née le 19 septembre 1859 à Meiningen – Saxe Meiningen. Elle se marie avec Werner Friedrich Herwarth Von Bittenfeld. De cette union naitra : Eberhard Herwarth Von Bittenfeld (1890 – 1957)

Le document ci-dessous m’indique la date et le lieu de décès de Caroline Elisa Mac Donell, je ne dispose à ce jour d’aucun autre élément.

Josephinevonstein
Kaestner & Von Urach’s Genealogische Adelsdatenbank

Wilhem Von Stein. Aucune autre information à ce jour (8).

Georg Von Stein. Aucune autre information à ce jour (8).

L’un des deux est-il né en 1856, sont-ils nés tous deux après 1859 ?

Au cours de mes recherches, je constate qu’au patronyme Von Stein est parfois accolé Liebenstein, qui devient également Von stein liebenstein zu Barchfeld. Sur les rares documents français, le nom de famille se limite à Von Stein. Emilie est dénommée de Stein Liebenstein sur son acte de naissance. La plupart des documents allemands ajoutent à Carl, l’époux de Caroline le titre de baron « freiherr« .

Après l’année 1911 rien, nous n’avons plus aucune trace de cette famille, malgré des recherches entreprises par certains, il est vrai que nos recherches se sont limitées au patronyme Von Stein. Ont-ils disparus dans la tourmente de l’une ou l’autre des deux guerres mondiales ? Les liens familiaux sont-ils devenus compliqués ?

Caroline Elisa d’origine britannique décède avant la fin de la première guerre mondiale le 25 mars 1916, à Wasungen (13 km environ de Meiningen) (9). Elle a certainement souffert, les membres de sa famille se trouvant probablement dans des armées opposées, ou appartenant à des puissances belligérantes ennemies. Ces trois fils ont cependant plus de 50 ans en 1914, qu’en est-il de ses petits-enfants ? Je n’en sais pas assez sur sa descendance pour en dire plus. Je retrouverai toutefois l’un d’eux, le fils de sa fille Joséphine : Eberhard Herwarth Von Bittenfeld dans l’armée allemande au cours de la Seconde guerre mondiale. Le fils de ce dernier perdra la vie à 19 ans en juillet 1942 au cours d’un combat. (ICI)

Au cours de la seconde guerre mondiale La Thuringe est sévèrement bombardée. En juillet 1945, le land de Thuringe est attribué à la zone d’occupation soviétique puis en 1949, rattaché à la RDA. Quelles en sont les incidences sur la famille Von Stein ? Des questions sans réponse, avec l’espoir d’en savoir un peu plus un jour.

Les membres de cette famille ont-ils été des victimes civiles ou militaires des deux dernières guerres mondiales ? Je ne peux y répondre ? Mais cette question reste prégnante à mon esprit, d’autant que mes recherches m’apportent ce document (10). S’agit-il d’un membre de la famille de Caroline ou d’un homonyme ? Si ce n’est pas le cas, l’hypothèse mentionnée à savoir ce bombardement de 1942 dans ce secteur de Munich et la disparition d’une famille Von Stein peut-elle se vérifier ?

boussoles2

Et si Meiningen n’est pas Göttingen, je ne peux m’empêcher de songer aux vers de Barbara :

« O faites que jamais ne revienne

Le temps du sang et de la haine

Car il y a des gens que j’aime,

A Göttingen, à Göttingen. »

Puis-je affirmer que la vie de Caroline Elisa ne fut pas un conte de fée ? Il y a peu de doutes……

 

SOURCES :

(1) Théâtre de Meiningen – Meiningen : Encyclopédia Universalis – Wikipédia – Gallica

(2) Sources familiales – Kaestner & Von Urach’s Genealogische Adelsdatenbank

(3) Sources familiales – Kaestner & Von Urach’s Genealogische Adelsdatenbank – Kaestner & Von Urach’s Genealogische AdelsdatenbankKaestner & Von Urach’s Genealogische Adelsdatenbank

(4) Kaestner & Von Urach’s Genealogische Adelsdatenbank

(5) Archives de Paris – Etat civil reconstitué

(6) Faire-part de décès Ida de Lacoste de Belcastel – 1895

(7) Faire-part de décès Ida Alexandrina Conte y Mac Donell – 1911

(8) Source familiale

(9) Kaestner & Von Urach’s Genealogische Adelsdatenbank

(10) Site web : Collecting Military compass

 

 

 

 

 


8 réflexions sur “A Meiningen…

  1. Un conte qui commence sur un air d’opérette, avec une splendide mise en sène, et qui s’achève en tragédie. C’est l’Europe avec ses rêves et ses douleurs. Je comprends que Caroline te préoccupe autant.

    J'aime

  2. J’adhère pleinement au sentiment de Marie.
    Désormais j’associera le minuscule état de Saxe-Meinengen au théâtre et à un Clan Mac Donell dont je ne me lasse pas de découvrir les personnalités et vies mouvementées.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s