Une reconnaissance, une adoption et une identité fantôme…

Parmi les bonnes résolutions de 2019, je décide de prendre un peu d’avance pour préparer mon prochain RDVAncestral de janvier.

J’ai choisi mon sujet, Charles Henri Tenré, artiste peintre du 19ème siècle, époux de Lucie Marie Emilie Aguado, petite-fille d’Emilie Claire Mac Donell.(ICI) et (ICI)

Mes recherches se portent donc sur ce peintre, je m’intéresse à ses parents puis à ses deux frères.

L’un, René François Florentin, né à Paris en 1853 (1) décède célibataire en 1913 au 48, rue Copernic, à Paris 16ème arrondissement, pas de difficulté ni même d’interrogation dans cette recherche. (2)

Le second, Pierre Louis Tenré, se cache ! Je cherche vainement son décès sur Paris. J’épluche sans succès les tables décennales parisiennes. Enfin, je le trouve dans le recensement de 1906 de la commune d’Aumont-en-Halatte (Oise) (3) accompagné de trois personnes :

  • Anna VIGNA – né en 1855 à Turin – Epouse
  • Marie Renée BLANCHE – née en 1895 à Paris – Petite-fille
  • Pierre BLANCHE – né en 1897 à Versailles – Petit-fils
recensaumont_1906_v5
Recensement Aumont-en-Halatte – 1906

J’en déduis immédiatement deux faits :

Pierre Louis Tenré et d’Anna Vigna sont unis par le mariage.  Je dois donc en premier lieu rechercher leur acte de mariage  à Paris, berceau de la famille Tenré.

2° De ce mariage est issue une fille qui a épousé un monsieur Blanche, parents de Marie Renée, et de Pierre petits-enfants d’Anna et de Pierre Louis. Acte de mariage de leur fille, puis actes de naissance des petits-entants sont à rechercher. Rien de très compliqué ;  Marie Renée est née à Paris et Pierre à Versailles comme indiqué sur le recensement. J »émets l’hypothèse du mariage des  parents dans la capitale.

Premier point rapidement résolu ; l’acte de Mariage de Pierre Louis TENRE et d’Anna VIGNA (4) est dressé à Paris 16° le 9 juin 1904. Anna qui se prénomme Anne Marie est né à Turin (Italie) le 26 novembre 1849, fille de Mathieu Vigna décédé et de Dominique Pollino sa veuve, sans profession, domiciliée à Monte Carlo, consentante à ce mariage. Marie Anne est domiciliée au 16 bis, rue Dufrenoy (16°). Pierre Louis Tenré est propriétaire, domicilié au 16 bis, rue Dufrenoy. L’acte de mariage indique parmi les pièces annexes, l’acte de naissance d’Anne Marie VIGNA, l’opposition signifiée le 15/03/1904 à la requête de la mère du futur, le jugement du Tribunal civil de la Seine en date du 29/04/1904 qui a prononcé main levée de ladite opposition et le certificat délivré par Maître Denormandre, avoué, le 06/06/1904 constatant que par arrêt en date du 3/06/1904 la Cour d’appel a confirmé le jugement sus-mentionné. Les témoins à ce mariage ne sont pas des membres de l’une ou l’autre famille. Mme veuve Tenré a mis son veto, on peut imaginer que les liens familiaux sont quelque peu distendus sinon rompus avec son fils.

Anne Marie Vigna a donc 55 ans et Louis Pierre Tenré 54 ans lorsqu’ils convolent. Ont-ils eu une fille hors mariage non légitimée lors de leur union ? Fait qui pourrait expliquer l’opposition de Mme Tenré au mariage de son fils, la question reste posée.

Pour résumer ma première réflexion :

graph_1

Je passe au deuxième point, je recherche un mariage TENRE/BLANCHE d’abord sur Paris puis sur tout le territoire. Aucun résultat. Il est possible que l’acte de naissance de Marie René BLANCHE m’en apprenne plus.

an_blanche_renée_anne_marie_paris16°_vue6
Acte de naissance Renée Anne Marie BLANCHE – Paris 16° – 1895

Renée Anne Marie BLANCHE est née le 21 mars 1875 au 16 bis, rue Dufrenoy Paris 16°. Fille d’Eugène Blanche, 29 ans, lieutenant au Train des Equipages, instructeur à l’Ecole militaire de Versailles et fille de Rose Marie Antoinette VIGNA âgée de 19 ans sans profession (5). Un petit calcul en passant : 1875 – 19 = 1856 qui serait l’année de naissance de Rose Marie Antoinette Vigna, qui ne peut donc absolument pas être la fille d’Anne Marie VIGNA elle-même née en 1849 comme le stipule son acte de mariage.

Un des deux témoins à cette naissance est Pierre Louis Tenré, propriétaire, demeurant 16 bis rue Dufrenoy. Paris 16°.

L’acte de naissance de Renée Anne Marie BLANCHE porte également une mention marginale :

BLANCHE Renée Anne Marie adoptée par Anne Marie VIGNA en vertu d’un arrêt rendu par la Cour d’appel de Paris le 14 juin 1922 transcrit à Paris 19° art, le 25 juillet suivant, Paris le 2 mars 1923 : Le greffier

En 1922, Renée Anne Marie BLANCHE a donc 47 ans et n’est plus une enfant donc pourquoi cette adoption tardive ? Pas de réponse dans l’immédiat, nous y reviendrons.

Avant d’aller plus loin, essayons d’en savoir plus sur la mère de Renée Anne Marie BLANCHE. Qui est donc Rose Marie Antoinette VIGNA ?

AN_VIGNA_Marie_Antoinette_ASNIERES_1875_vue36.JPG

Rose Marie Antoinette VIGNA est née le 25 juillet 1875 à Asnières au 8, avenue Pereire. Fille de père non dénommé et d’Antoinette VIGNA, sans profession, âgée de 23 ans (6). Comme à l’habitude je calcule 1875 – 23 = 1852. Et sur cet acte également une mention marginale :

VIGNA Rose Marie Antoinette – Par acte reçu par M° Notaire à Paris le 11 mai 1896 Marie Anne Vigna a reconnu comme sa fille l’enfant désignée avec l’acte ci-contre. La présente mention faite avec avis par nous greffier soussigné 30 mai 1896. Enregistré à Paris le 12 mai 1896

Que me dit cet acte de naissance ? Rose Marie Antoinette Vigna est donc née de père inconnu puisque non dénommé et n’a jamais été ni reconnue, ni légitimée par son père. Aucune mention portée sur son acte de naissance ne me permet de le penser et pas de légitimation par mariage. Le père donc reste un mystère.

Sa mère, célibataire, se nomme Antoinette VIGNA.

Rose Marie Antoinette n’est pas née non plus d’un inceste ou d’un adultère, les enfants répondant à ces deux situations ne peuvent être reconnus, la loi l’interdit (7).

Rose Marie Antoinette est bien la fille d’Anne Marie VIGNA même si la mère biologique est prénommée Antoinette dans son acte de naissance. Lorsqu’une femme reconnaît un enfant dont elle n’a pas accouché, elle commet une simulation et une dissimulation qui sont considérées comme des délits et passibles de peines. On peut donc conclure qu’Anne Marie Vigna et Antoinette sont bien une seule et même personne (7). Lorsque j’ai commencé mes recherches et pendant un long moment, je suis restée persuadée qu’Antoinette et Anne Marie VIGNA étaient deux personnes différentes.

Rose Marie Antoinette est une enfant naturelle. Le Code civil disposait originellement qu’en l’absence de reconnaissance maternelle, la filiation d’un enfant naturel n’était pas établie à l’égard de la mère et n’entraînait aucun effet juridique. La simple mention du nom de la mère dans l’acte de naissance ne suffit pas à établir la filiation, même si la mère assume la charge de l’enfant (possession d’état) (7). Je ne  dispose pas de recensement m’indiquant la présence de Rose Marie Antoinette dans le foyer de sa mère.

Il s’agit là d’une reconnaissance maternelle tardive (7). Est-ce par méconnaissance de la loi ? Rose Marie Antoinette à 21 ans lorsqu’elle est reconnue par Marie Anne VIGNA et bien après son mariage avec Eugène BLANCHE (1894) (8). Rose Marie Antoinette est une enfant naturelle.

En l’absence de testament l’enfant naturel a une part de succession de son auteur mais il peut être exclu de cette succession par décision de l’auteur et l’auteur ne peut lui accorder une part de succession plus grande que celle prévue par la loi en l’absence de testament (7).

Alors pourquoi une reconnaissance en 1896 ? Anne Marie VIGNA née en 1849 a 47 ans, sa fille née en 1875 a 21 ans. Le Code Civil de 1804 fixe la majorité trimoniale à 25 ans pour les hommes, 21 ans pour les femmes et la majorité civile à 21 pour l’un comme pour l’autre (7). Rose Marie Antoinette se mariera en 1894 avec Eugène Blanche (8). Elle n’est pas encore reconnue par sa mère et lors de son mariage c’est Pierre Louis Tenré (qui pas encore l’époux d’Anne Marie VIGNA) sera nommé tuteur ad hoc de Rose Marie Antoinette par délibération d’un conseil de famille le 3/04/1894 comme il est stipulé sur son acte de mariage.

En effet, « l’enfant naturel qui n’a point été reconnu, et celui qui, après l’avoir été, a perdu ses pères et mères, ou dont les pères et mères ne peuvent manifester leur volonté, ne peuvent avant l’âge de 25 ans révolus, se marier qu’après avoir obtenu le consentement d’un tuteur ad hoc nommé, dit l’article 159″ (7).

Il me paraît donc étonnant que cette reconnaissance n’intervienne pas avant le mariage de Rose Marie Antoinette. Méconnaissance de la loi ? Négligence ? Pourtant Anne-Marie VIGNA semble être une habituée de l’étude de Maître Yver, j’y trouve sa mention en 1879. Elle ne semble pas non plus être en situation précaire ou défavorisée ; puisqu’elle est, sur la plupart des actes, qualifiée de rentière ou sans profession. Pure coïncidence qu’elle ait attendu la majorité de sa fille pour la reconnaître ? Pression familiale ? Pression de sa fille ? Raisonnablement a-t-elle pensé qu’elle resterait célibataire et sans autre enfant ? Sentant venir l’âge, elle aurait souhaiter régulariser la situation de sa fille en pensant à d’éventuels petits-enfants ? Faire de sa fille son unique héritière ? Ou tout simplement hasard de la vie et des circonstances, le moment était-il venu ? Je suis obligée de reconnaître que je n’aurai probablement jamais de réponse à ces questions.

Nous avons donc les informations suivantes : Marie Anne Vigna reconnaît Rose Marie Antoinette Vigna fille d’Antoinette VIGNA en 1896 et adopte la petite-fille d’Antoinette Vigna en 1922, soit :

graph_2

Avant de comprendre qu’Antoinette et Anne Marie ne faisait qu’une, je piste Antoinette VIGNA la mère de Rose Marie Antoinette, la grand-mère de Renée Anne Marie BLANCHE et de Pierre BLANCHE. Les prénoms indiqués sur cet acte de naissance n’ont rien de commun, nous avons Anne Marie qui reconnait l’enfant, et Antoinette celle qui accouche de l’enfant. Ma première hypothèse est qu’il ne peut pas s’agir de la même personne et je m’engouffre dans cette supposition.

Avant d’aller plus loin, je cherche le décès de Rose Marie Antoinette pour confirmation de l’identité de sa mère.

Rose Marie Antoinette, la mère de Renée Anne Marie Blanche, décède le 30/05/1901 à Bougival (9). Louis Pierre TENRE déclare le décès. Sur cet acte de décès sa mère est nommée Antoinette VIGNA, 48 ans (1853)  demeurant au 16 bis rue Dufrenoy à Paris. La mère de Rose Marie Antoinette et nommée Antoinette sur l’acte de naissance, l’acte de mariage et l’acte de décès de sa fille. Pour moi elle existe bien et ne peut être confondue avec Anne Marie VIGNA. Je persiste et m’accroche à cette idée !

Anne Marie VIGNA a pour parents Mathieu (Mattéo) VIGNA et Dominique (Doménica) POLINO, je vais chercher toutes les informations relatives à ses parents puis à ses éventuels frères et sœurs.

Le père Mathieu VIGNA, courtier, né en Italie, décède à 28/10/1875 Paris 10° (10), au 200 faubourg St Denis. (Après recherches sur GALLICA, une maison de santé se trouve à cette adresse). Il est domicilié au 8, avenue Pereire à Asnières, lieu ou a accouché Antoinette VIGNA. Je n’ai pas trouvé d’indication quant à sa succession. J’ai listé les lieux de vie des parents pour étudier de potentiels recensements, cette étude n’a rien donné.

Je recense trois sœurs et deux frères et pour chacun d’entre eux un acte de mariage.

  • Carola Joséphine Marie VIGNA née en 1854 en Italie (11).
  • Rose Thérèse Césarine Marie née en 1855 en Italie (12)
  • Virginie Joséphine Marie née en 1861 en Italie (13)
  • Félix Jacques Mathéo né en 1868 en Italie (14) – Décédé en 1907 à Bois Colombes (92) (15).
  • Césaire Louis Barthelemi né en 1871 en Italie (16).

C’est ce dernier qui va m’éclairer et renforcer ma fausse piste. Césaire se marie le 13 avril 1899 à Paris, dans le 16° arrondissement avec Marie Villotte. Parmi les témoins, « Antoinette Vitali VIGNA – 44 ans – rentière – 16 bis, rue Dufrenoy – Paris – Soeur de l’époux« . Antoinette n’est donc pas une chimère, elle existe et se nomme Antoinette Vitali VIGNA. Je persiste à penser qu’elle est la sœur d’Anne Marie VIGNA. Bizarre quand même, j’ai probablement reconstitué la famille, mais pour elle, les documents restent muets. Je commence à douter et si Anna, Anne Marie, Antoinette, Antoinette Vitali n’étaient qu’une seule et même personne ?

antvita
Acte de mariage VIGNA/VILLOTTE (26) – Mention Antonette Vitali

Il me manque les documents suivants :

Pour Rose Marie Antoinette VIGNA

L’acte de reconnaissance de l’enfant comme sa fille par Anne Marie VIGNA – Acte reçu par Maître Yver notaire à Paris le 11 mai 1896

La délibération du conseil de famille prise le 3/04/1894 sous la présidence du Juge de paix du 16° arrondissement qui nomme Pierre Louis Tenré, tuteur ad hoc de Rose Marie Antoinette VIGNA.

pour Anne Marie Renée BLANCHE

L’acte d’adoption par Anne Marie Vigna en vertu d’un arrêt rendu par la Cour d’appel de Paris le 14 juin 1922 à Paris 19ème arrondissement le 25 juillet suivant.

Bien évidemment si je disposais des documents ci-dessous, tout deviendrait certainement simple et évident mais en attendant, je poursuis mon enquête. Il me plaît pour l’instant de ne pas savoir ce que contiennent ces différentes pièces et continuer à cheminer dans mes recherches, voir où me mèneront intuitions et hypothèses.

Je décide de répertorier les pièces notariées qui peuvent m’être utiles et je compulse les minutes et répertoires de Maitre Albert Henri Yver – Etude XVII, pour les années 1879 à 1902. Je sais qu’il s’y trouve notamment l’acte de reconnaissance de Rose Marie Antoinette VIGNA.

Et voilà ce que ces éléments me révèlent ! Anne Marie se joue de nous !

graphe3

Je récapitule les différentes identités d’Anne Marie VIGNA en y ajoutant l’âge donné et son domicile :

graphe4

Son année de naissance fluctue entre 1852 et 1855, son domicile reste cohérent même si les prénoms ne le sont pas. Sur son acte de mariage elle est prénommée Anne Marie née le 26/11/1849 à Turin (Italie), comme il est mentionné sur le document, son acte de naissance fait partie des pièces annexées. Compte tenu de ces éléments, peut-on affirmer qu’elle se prénomme réellement ANNE MARIE VIGNA alias Anna, alias Antoinette, alias Vitali, alias Antoinette Vitali… Si j’ai trouvé l’acte de naissance d’un de ses frères, Félix, je n’ai pas trouvé le sien pas plus que son acte de décès.

Je reprends également les signatures dont je dispose :

samvignavillotte_1899
Signature sacte de mariage VIGNA/VILLOTTE  1899 (16)
sign_antoinettevigna_mblanche_1894
Signature acte de mariage BLANCHE/VIGNA 1894 (8)
samvignatenre1904
Signature acte de mariage TENRE/VIGNA 1904 (4)

Si les signatures diffèrent, le nom de famille semble écrit de la même main, ce qui confirmerait la signature d’une même personne pour des prénoms différents.

Bien étrange cette Anne Marie VIGNA, pour quelle raison utilise-t-elle, au cours de sa vie différents prénoms ? Je crois bien qu’elle emportera ce mystère avec elle, brouiller les pistes de l’apprenti généalogiste me semble déjà être une bonne raison. Et puis ainsi, mes recherches furent aussi poussées que possible.

Mais intéressons-nous à sa petite-fille Renée Anne Marie BLANCHE. Celle-ci est née le 21 mars 1895. Elle épouse à 17 ans, le 24 septembre 1912 à Vaux-sur-Seine Jacques Georges Marie MODERAT d’OTEMAR (Artiste peintre) dont elle divorcera en 1925 (17). Entre les années 1914 et 1919 le couple aura trois enfants, Jean André Alexandre en 1914 (18), Jacqueline Marie en 1917 (19) et Françoise Marie Antoinette en 1919 (20). En 1901, Renée Anne Marie BLANCHE, perd sa mère (9).

Renée Anne Marie a un frère Pierre Emmanuel né le 28/04/1847 à Versailles. Pas d’adoption quant à lui. En 1901, Eugène Blanche et ses deux enfants vivent à Mourmelon-le-Grand accompagnés de leur grand-mère Anne Marie VIGNA alias Antoinette VITALI sur le recensement de 1901. Mais je n’en suis pas si sûre ; l’âge mentionné est étrange : 26 ans qui serait celui de leur mère vivante au moment du recensement.

census_mourmelon_legrand_1901
Recensement Mourmelon-le-Grand – 1901

Pierre Emmanuel semble avoir suivi son père qui se remariera vers 1925, tandis que Renée Anne Marie BLANCHE habite avec sa grand-mère. Nous en avons confirmation lors du recensement de 1906 à d’Aumont-en-Halatte; Renée Anne Marie est recensée avec sa grand-mère et l’époux de celle-ci Louis Pierre TENRE.

L’adoption n’apparaît dans le droit français qu’en 1804 avec le Code civil seules peuvent adopter les personnes sans enfant légitime, âgées de plus de 50 ans (âge auquel elles n’espèrent plus avoir de descendants naturels). Elles adoptent des enfants majeurs (25 ans) auxquels elles doivent avoir “dans leur minorité et pendant six ans au moins fourni des secours et donné des soins ininterrompus”. Elles leur transmettent leurs biens. Les adoptés restent dans leur famille naturelle, ce qui signifie dans les faits qu’ils gardent leur droit à la succession de leurs parents et conservent leur nom d’origine.

L’adoption était souvent inspirée par un esprit testamentaire, dans le sens où l’adoptant, sans descendant, refusant la dispersion de ses biens, préférait les transmettre à un seul enfant (7).

Renée Anne Marie BLANCHE à 27 ans lors de son adoption, sa grand-mère à 73 ans. Sa fille est décédée depuis 1901, elle est veuve depuis 1908 et nul enfant est issu de son mariage. Je suppose mais je n’ai aucune connaissance en droit successoral, que si Anne-Marie VIGNA venait à décéder, ses bien iraient à ses deux petits-enfants. Adopter sa petite fille lui permet de la privilégier, de renforcer leurs liens affectifs et peut-être compter sur elle pour l’assister dans sa vieillesse.

Adoptée, Renée Anne Marie BLANCHE conservera ses droits successoraux dans sa famille paternelle, son père est toujours en vie et ne décédera qu’aux environs des années 1940. Elle deviendra l’héritière des biens de sa grand-mère.

J’ai constaté qu‘Anne Marie Vigna reste très présente dans la vie de sa petite-fille. En 1925, Renée Anne Marie BLANCHE et une amie Suzanne LEHMAN créent une SNC au 60, avenue de la Bourdonnais, Paris 8°, « Chez Mitsou » une enseigne ayant pour activité l’achat et la vente d’objets d’art, objets décoratifs, objets d’ameublement anciens et modernes.

En 1928, Suzanne LEHMAN cède à Anne-Marie VIGNA, veuve TENRE toutes ses actions de chez Mitsou. Anne Marie BLANCHE devient l’unique propriétaire de l’enseigne. En mars de la même année, la Société devient « Aux trois magots, Blanche, Denoël et Cie« , Librairie, galerie et édition. Renée Anne Marie BLANCHE s’associe avec l’éditeur parisien Robert Denoël. Cette association durera jusqu’en octobre 1938, Renée Anne Marie  BLANCHE quitte la Société « Aux trois Magots » qui reste aux mains de Robert Denoël (21).

chezmitsou1

chezmitsou2
GALLICA – Archives commerciales de la France – 28/02/1928

Après l’année 1928, je perds la trace d’Anne Marie VIGNA, je ne sais rien quant à son décès, mais je suppose qu’elle décède à Senlis après 1928. Les Tables décennales numérisées s’arrêtent à 1912. Je la retrouve en 1921 rue Saint Pierre à Senlis, avec une dernière facétie ; elle se nomme Antoinette TENRE !

census_1921_senlis_vue51

Je perds également la trace de Renée Anne Marie BLANCHE, qui deviendra mère à d’autres reprises. Dans les Tables décennales de Paris, j’ai repéré la naissance d’enfants « BLANCHE » mais rien de suffisamment étayé, les actes de naissances n’étant pas numérisés à cette date pour prendre en compte ces naissances. Certaines généalogies mentionnent le décès de Renée Anne Marie BLANCHE à Quimper en 1955, cette information reste à vérifier ; les tables décennales numérisée de Quimper s’arrêtent à 1932.

Voilà comment en faisant initialement des recherches sur la famille Tenré, la mystérieuse, peut-être même fantasque épouse de Pierre Louis Tenré, Anne Marie VIGNA et sa famille m’ont littéralement happée ! Il me reste plusieurs documents notariés et autres à consulter, ce que je vais m’efforcer de faire pour compléter mes informations, étayer mes suppositions, poursuivre leur histoire et vous la faire partager. Il est vrai que partir sur une fausse piste et  m’y accrocher ne m’a pas facilité la tâche. Comment ai-je pu penser qu’une reconnaissance pouvait se faire par une autre personne que la mère de l’enfant en question ? Mais je ne regrette pas cette erreur, je peux me fustiger pour cette mauvaise interprétation, mais qu’elles furent passionnantes les recherches générées par cette confusion.

Et si vous lecteur vous avez des commentaires,  des compléments, n’hésitez à me les transmettre. L’histoire est un peu complexe, j’ai tenté d’être claire et précise n’hésitez pas non plus à me faire part de vos observations.

Merci à tous ceux qui, sur les réseaux sociaux, ont alimenté ma réflexion par leurs commentaires et suggestions.

SOURCES :

(1) Paris – Etat civil reconstitué – Naissances – V 3EN/ 2102

(2) Paris Décès 1913 – 16D 102

(3) Recensement de population – Aumont-en-Halatte – 1906 – 6 Mp 27

(4) Acte de mariage Paris 16° 1904 – 16M 136

(5) Acte de naissance Paris 16° 1895 – V/4E 10008

(6) Acte de naissance Asnières 1875 – E_NUM_ASN108

(7) Traité des minorités par M.A. MAGNIN – Avocat à la cour Royale de Paris – tome premier – Bruxelles – 1835

(8)  Acte de mariage Paris 16° 1894 – V4E / 10003

(9) AD Yvelines – Bougival décès 1900 – 1905 – 4E 5563 /ark:/36937/s0053cea2f557193/56016e0186ae7

(10) Acte de décès Paris 10° 1875 – V4E 3701

(11) Mariage SAN GIORGIO/VIGNA – Nanterre Mariages 1888 E_NUM_NAN_M1888

(12) Mariage LOUSSET/VIGNA – Mariages Paris 9° – 1879 – V4E 3569

(13) Mariage BRIOL/VIGNA – Mariages Paris 18° – 1883 – V4E 7583

(14) Mariage VIGNA/GARCON – Mariges Olivet (1893-1902) 7E 232/2

(15) Décès Bois-Colombes 1907 – E_NUM_BOC_D1907

(16) Mariage VIGNA/VILLOTTE – Mariages Paris 16° – 1899 – V4E 10054

(17) Mariage Vaux-sur-Seine (78) – 1908/1912 – 4E 7626

(18) Paris 17° – Tables décennales 1913/1922

(19) Neuilly-sur-Seine – Tables décennales 1913/1922

(20) Paris 7° – Tables décennales 1913/1922

(21) Robert Denoël éditeur http://www.thyssens.com/index.php


3 réflexions sur “Une reconnaissance, une adoption et une identité fantôme…

  1. Mais quel imbroglio ! Tous ces personnages qui se cachent et leurs noms qui se multiplient…
    Bravo pour avoir menée une si longue recherche avec tant de patience. On s’y perd un peu, mais c’est bien raconté et on se laisse porter par ces péripéties.
    Penses-tu qu’il soit possible de trouver des photos de ces personnes ?

    J'aime

    1. Les recherches ne sont pas terminées, j’espère en savoir plus ce qui me donnera l’occasion d’écrire encore sur cette histoire. Je n’ai aucune photo, j’ai juste trouvé une photo de Renée Anne Marie Blanche sur un site internet, dont j’ai mis le lien dans les sources de l’article (21), j’ai préféré ne pas la joindre à mon article. Merci Marie, ta fidélité sans faille me touche beaucoup.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s