Un nom sur un visage…

Si mon précédent billet (ICI) vous conte la participation des deux frères, photographes amateurs, Olympe et Onésipe Aguado, à l’histoire de la photographie, ma première idée, avant et lors du travail préparatoire à ces articles, était de répertorier toutes leurs photos susceptibles d’avoir pour sujet un ou des membres de la famille, mettre ainsi un nom  sur un visage.

Pour ne pas vous perdre, vous trouverez, et ci-dessous quelques éléments :

____________________________________________________________________________________________

  • Maria del Carmen Aguado, mère d’Olympe et d’Onésipe Aguado Décède en 1867 à Sivry-Courtry – Seine et Marne. (1)
  • Olympe Aguado se marie le 30 mai 1860 à Paris 1er avec Louise Caroline Juliette Bertha de Freysted (2), il est domicilié 18, Place Vendôme, 1er De cette union naîtront :
    • Louis Napoléon Aguado né le 12 avril 1862 à Paris 1er, au 18 Place Vendôme. La déclaration de naissance de l’enfant, qui doit se faire dans trois jours suivant l’accouchement) sera omise et fera l’objet d’un jugement transcrit le 7 mai 1862 (3).
    • Aloyse Berthe Maria del Carmen Aguado née le 6 juillet 1870 au Château d’Offémont, Saint-Crépin-aux-Bois – Oise (4).
  • Onésipe Aguado se marie le 11 mai 1863 à Paris, 8ème arrondissement avec Emilie Claire Mac Donell. Il est domicilié à Paris (8°) Rue Royale Saint Honoré n° 9 (5). Ils n’auront pas d’enfants, mais Emilie Claire à quatre enfants de son premier mariage avec Alexandre Aguado :
    • Alexandre Hugues Marie Aguado, né le 2 septembre 1841 à Florence, Italie (7).
    • Edgard Pierre Aguado né le 11 avril 1843 à Paris, deuxième arrondissement (8).
    • Arthur Olympio Georges né le 16 avril 1845 à Paris, premier arrondissement (9).
    • Camen Ida Marie née le 28 juin 1847 à Paris, deuxième arrondissement (10).

____________________________________________________________________________________________

Olympe et Onésipe ont pratiqué la photographie à partir de l’année 1841 et jusqu’à leur décès,  je ne doutais pas de trouver au moins une photographie représentant chacune des personnes citées ci-dessus.

Les deux frères Aguado figurent fréquemment dans des portraits ou autoportraits, souvent fruits de leurs expériences, les identifier ne posait aucune difficulté, je n’ai sélectionné que deux clichés.

Onésipe
Onésipe Aguado – Par Olympe Aguado – Vers 1855 – 0.138 x 0.093 m – Musée d’Orsay
OA5
Olympe Aguado – Autoportrait en photographe vers 1853 – Photographie sur papier salé – 25,5 x 18,5 cm – Strasbourg, Musée d’Art Moderne et Contemporain

Leur mère, Carmen Moreno, très aisément identifiable ; en portrait et dans de nombreuses photos de groupe. Malgré son âge, celle-ci semble se prêter au jeu de bonne grâce. Sujet, elle participe aux expériences de ses fils ; l’atelier de photographie est intégré au domicile du 18, Place Vendôme. Jusqu’à leur mariage respectif, Olympe et Onésipe habitent avec leur mère à cette adresse. Au mariage d’Olympe, la marquise de Las Marismas habite avec le couple toujours au n° 18 de la Place Vendôme. Pour elle aussi, je n’ai sélectionné que deux photographies, il en existe beaucoup plus.

lamarquise
La Marquise de Las Marismas – Photographie sur papier salé légèrement albuminé – 19,8 x 10,8 cm – Paris, Bibliothèque Nationale de France
lapartiedecartes
Photographie sur papier albuminé, après 1860 – 17,1 x 13,5 cm – Collection particulière

Alexandre Aguado, le premier époux d’Emilie Claire n’est pas clairement identifié (11), la photographie ci-dessous le mettrait en scène avec ses deux derniers enfants, mais sans aucune certitude. Ne disposant d’aucun autre élément de comparaison, tableau, dessin ou sculpture, je ne peux rien affirmer.

aLEXANDRE_arthur_ida
Homme avec deux enfants – Photographie sur papier salé légèrement albuminé – 19,8 x 10,8 cm – Paris, Bibliothèque Nationale de France

Sur cette photographie, il pourrait s’agir d’Alexandre Aguado accompagné de ses deux derniers enfants Arthur Olympio Georges* et Carmen Ida Marie.

Emilie Claire, est identifiée sur plusieurs photographies de scènes d’intérieurs et scènes de groupe, à titre d’exemples, ce document :

intérieur2
Jeu de solitaire – Photographie sur papier albuminé, après 1860 – 15 x 20,2 – Paris, Musée d’Orsay

Olympe Aguado et son épouse Bertha se tiennent debout, à droite est assise Emilie Claire Mac Donell.

Les trois fils d’Emilie Claire, Alexandre, Edgard et Arthur ne figurent sur aucune photographie. il est toutefois possible qu’Arthur soit aux côtés de son père et de sa soeur sur la photographie représentant Alexandre Aguado*. Seule Carmen Ida Marie fait l’objet d’un remarquable et très émouvant portrait, mais vous ne le verrez pas, mon prochain billet lui sera consacré.

L’épouse d’Olympe, Bertha de Freystedt figure et dans de nombreuses photographies de groupe. Leur fils Louis Napoléon figure sur une seule photo, tandis que leur fille Aloyse Berthe Maria del Carmen pose à plusieurs reprises dans des scènes de groupe, notamment dans l’album détenu par le Getty Museum datant de 1866.

Olympe_bertha_LouisAguado
Olympe Aguado, son épouse Bertha et leur fils Louis Napoléon – 1866 – 9,8 cm x 7 cm – J. Paul Getty Museum

 

Louis Aguado
Louis Napoléon Aguado, vers 1866 – 9,7 cm x 7 cm – J. Paul Getty Museum

 

Famille_Aguado
Gallica BnF – Photographies de vacances dans les Alpes – 1886 – 1899 – (Olympe Aguado n’est pas l’auteur de ce cliché).

A ma surprise, j’identifie formellement Hugh Guion Mac Donell, un des frères d’Emilie Claire, sur deux photographies. Ces deux documents me confirment les liens qui l’unissent à sa sœur. Les autres membres de la famille d’Emilie Claire, son deuxième frère Alexandre et ses sœurs sont absents de tous clichés.

hughmcdonell
Hugh Guion Mac Donell, vers 1856 – Papier- albuminé – 20 x 14,6 cm – Paris.

 

hughmcdonellgroupe
Groupe de quatre hommes vers 1860 – Photographie sur papier albuminé – 13,6 cm x 9,1 cm – Paris/New York, Collection H. Lunn

Au milieu de la photographie, Olympe Aguado et Hugh Guion Mac Donell.

Si certains membres de la famille ne sont pas représentés, cela ne veut pas dire qu’ils n’aient pas été photographiés. En effet, nous savons qu’il reste peu de photographies des deux frères. Leurs travaux ont-ils été disséminés, perdus, brûlés lors de l’incendie de la Place Vendôme ? Rien ne me permet de répondre à cette question.

LECONSTITUTIONNEL_4mai1864
Gallica BnF – Le Constitutionnel – 4 mai 1864

Mais si ces témoignages ne sont pas aussi nombreux que je le souhaiterais, tâchons cependant de les rendre un peu plus bavards ! Que peuvent-ils m’apprendre de plus ?

Petit théâtre de la vie, nous y trouvons un lieu, un jour, un fait. C’est ainsi qu’ils me renseignent sur les lieux de vie de la famille Aguado ; domiciles, propriétés ou lieux de villégiature. Parfois, une pièce, un intérieur, son mobilier et sa décoration. Un fait ; les sujets et leurs occupations.

L’hôtel du 18 Place Vendôme fut acheté par le marquis de Las Marismas en 1842, peu avant sa mort, habité par la famille jusqu’en 1867. C’est le lieu du première atelier de photographie.

118
Place Vendôme, vue de sa fenêtre, vers 1855 – Olympe Aguado – Papier salé – 282 mm x 335 mm

Le domaine de chasse de Sivry, proche de Melun, sert de décor à certaines photographies  d’Olympe Aguado. Il a été acquis par Emilie Claire Mac Donell et son époux dans les années 1860-1862, c’est le lieu de rassemblement de la famille. Il est revendu en 1888 (12).

intérieur_sivry
Sivry, salon et jardin d’hiver, vers 1856 – Papier albuminé – 16,5 cm x 12,3 cm – Paris, Musée d’Orsay
OA9
Sivry, scène d’intérieur avec la famille Aguado, après 1860 – Photographie sur papier albuminé – 15 x 21 cm – Paris, Musée d’Orsay

Dans l’intimité de la famille Aguado, au piano probablement l’épouse d’Olympe Aguado, à gauche très certainement Emilie Claire Mac Donell,  accoudé au piano son époux Onésipe .

Lorsqu’ils désirent fuir la capitale, Olympe Aguado et sa femme partent dans la propriété familiale de Grossouvre (Cher) dont Olympe avait héritée. Il fit restaurer le château. Le couple impérial y vint à plusieurs reprises. En 1868, Olympe vend cette propriété (11).

Grossouvre
Autoportrait avec Louis Robert au château de Grossouvre – Papier albuminé – 14,8 cm x 11,8 cm

En 1869, Olympe Aguado achète le château d’Offémont situé dans la forêt de Compiègne.  Propriété qu’il revend en 1874 (11). Aucune photographie de ce lieu à ma disposition.

Pour la famille AGUADO, la Troisième République représente une époque de liquidation progressive des biens. Ainsi s’effacent les fastes du Second Empire et s’évanouie la famille Aguado, brillante mais éphémère. Onésipe mourut en 1893, sans trace de testament, on ignore ce qu’il laisse, mais tout laisse à penser que le capital hérité de son père fut fort entamé. Deux fils d’Emilie Claire et d’Alexandre Aguado disparaissent sans descendant et ses deux autres enfants eurent chacune une fille.

Olympe Aguado, installé à Compiègne dans une villa boulevard des avenues (13), décède en 1894. « Généreux et trop charitable, il dut trop largement dépenser sa fortune et dut enfin se retirer dans la villa qu’il possédait aux Avenues » (14).  Ses deux enfants, Louis Napoléon et Aloyse Berthe, décèdent sans postérité.

Ainsi s’éteint la famille Aguado… Pour témoignage quelques photographies ; vestiges d’un bonheur avant qu’il ne s’efface…

 

SOURCES :

(1) Acte de décès AD Seine et Marne – Décès Sivry-Courtry

(2) Etat civil Paris 1er- Mariages 1860  – V 4E6

(3) Etat civil Paris 1er-  Naissances 1862 – V4E 22 – Vue 5

(4) Archives numérisées de l’Oise – Vues 13/14 – NMD 1870/1876 – 3E 569

(5) Etat civil Paris 8ème –  Mariages 1863 – Vue 8 – V4E 893

(7) Acte de naissance – Florence 1841

(8)  Paris 2° – Etat Civil reconstitué – 1843

(9) Paris 1° – Etat Civil reconstitué – 1845

(10) Paris 2° – Etat Civil reconstitué – 1847

(11) Olympe Aguado Photographe – Musées de Strasbourg

(12) AD Seine et Marne – Monographies communales – Sivry Courtry par Massoul – 30Z403

(13) AD Oise – Recensement Compiègne 1891

(14) Extrait Le Progrès de l’Oise, rubrique nécrologique  1894.

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s